IMG 1281

Faire son capteur …et ensuite ?

Depuis environ 6 mois, le LabFab a animé une quinzaine d’ateliers pour fabriquer un capteur environnemental (type LuftDaten).

Article du mois de septembre : Ateliers Capteurs

Ces ateliers ont volontairement été faits avec un public hétérogène souvent néophyte lors d’événements : Forum des Usages de Brest, Fabrique ! à Rennes, Digitale Week à Nantes, InterConnectés à Lyon, Tech Inn Vitré, ….

La construction du capteur est un prétexte pour le LabFab pour aller à la rencontre de nouveaux publics et leur rendre accessible la construction d’un objet numérique. On apprend réciproquement.

Cette action nous permet d’améliorer nos pratiques pédagogiques et partager nos cultures du numérique. La récompense partagée : c’est le plaisir de fabriquer ensemble et voir ce que produit l’objet : la donnée et ce qu’elle nous évoque.

De plus, ce projet de capteurs est vertueux. Il a du sens car il touche un sujet qui nous concerne tous : la qualité de l’air.

Les ateliers ont donc toutes les vertus pour engager leurs participants….

Comme nous l’a dit Carlos Moreno lors de sa conférence à Rennes le 6 février 2019: la qualité de vie sur un territoire est de plus en plus  fonction de la qualité de cinq composants fondamentaux : l’air, l’eau, l’ombre, le bruit et le temps. Le développement économique, la cohésion sociale et la qualité environnementale du territoire en sont des résultantes.

Nous avons aucune difficulté à faire venir les volontaires pour construire un capteur. Les ateliers sont gratuits, le capteur est offert et surtout la formule plait: mettre les mains dans le digital.

Une forme d’engagement des personnes qui viennent réaliser le capteur est cependant nécessaire. Il faut accepter d’entrer dans un petit groupe pour apprendre ensemble et pratiquer l’assemblage de composants électroniques, donc respecter quelques règles individuelles et collectives, et se mettre en scène. L’ambiance est bonne et jamais personne n’est repartie frustrée 😉

Ensuite, il est convenu que les participants installent leur capteur chez eux. Et là…., c’est comme pour aller faire un jogging, il faut trouver le courage ou le stimulus pour enfiler ses chaussures de sport. Ce n’est pas si compliqué, mais il faut le faire.

Conséquence : seulement une quinzaine de capteurs sont actuellement installés et en fonctionnement suite à ces nombreux ateliers de montage effectués par le LabFab.

Comment analyser ce faible taux de conversion ?

Pour Jacques Le Letty, animateur de la démarche Ambassad’Air sur la ville de Rennes et donc de plusieurs ateliers de montage de capteurs, il peut être techniquement complexe d’installer chez soi dehors un capteur pour une personne néophyte.

Deux points peuvent notamment faire un blocage : l’alimentation électrique, le raccordement au WiFi.

En complément, pour @NFr21 qui a animé pour le LabFab de nombreux ateliers sur les capteurs, il est nécessaire d’être dans la posture du coach durant les séances et surtout laisser faire les participants par eux-mêmes. Ils doivent se confronter en séance pour mieux se préparer à l’installation chez eux.

L’alimentation électrique du capteur peut généralement nécessiter le branchement à une prise intérieure et de ce fait doit franchir une fenêtre fermée, il est alors proposé un câble USB plat. … on évite ainsi la solution peu recommandée du trou dans le mur.

L’autre solution consiste à connecter une batterie solaire résistante à un environnement extérieur. Il existe des modèles qui coûtent moins de 20€.

La connexion à un réseau WiFi est ensuite l’ultime étape. Il faut parfois s’y reprendre plusieurs fois pour accrocher un capteur rebelle et cela peut s’avérer déroutant pour un apprenti Maker.

Durant l’atelier de montage du capteur, par anticipation, il faut susciter l’esprit Maker, mettre en capacité et encourager l’expérimentation, l’apprentissage par le FAIRE, le test, accepter l’erreur, s’améliorer par itérations successives et partager ses astuces (cf Wiki). Bref… ce n’est pas un produit acheté dans les rayons d’une grande surface ou sur Amazon 😉 On a droit de le transformer pour l’adapter à son environnement et à l’usage souhaité.

DO, FEEL, LEARN….

Qui sont les participants qui convertissent leur atelier en installation ?

Il est encore tôt pour tirer des conclusions mais deux catégories semblent émerger:

  • Les “bidouilleurs” techniques. Ils viennent se challenger avec le montage et l’installation du capteur. Ils trouvent l’installation plutôt simple, aiment aider les autres participants et ne viennent pas pour prendre racines, d’autres challenges s’offriront bientôt à eux,
  • Les acteurs de l’environnement. Ils viennent parce que le sens du projet les motive. Ils veulent produire de la donnée et agir en faveur de l’environnement.

Globalement, on peut quand même être fiers de nos ateliers au regard de la carte LuftDaten et du nombre de capteurs que l’on cultive à l’Ouest !

La démonstration a été faite par le LabFab qu’il est possible de construire avec des habitants néophytes de 7 à 107 ans, un capteur qui fonctionne. Il faut ensuite animer une communauté. C’est l’action entreprise en amont et en aval par Ambassad’Air sur Rennes. Cette action remarquable est d’ailleurs saluée pas des médias nationaux: article Médiapart

Des citoyens sur Rennes intéressés par les capteurs Luftdaten ont crée récemment un collectif afin de se rencontrer chaque 1er jeudi du mois au RDV 4C des Champs Libres, et pourraient donc contribuer à cette animation post installation. En effet, plusieurs actions sont envisageables autour des données produites. Le nombre de capteurs reste encore modeste au regard de l’ampleur prise en Allemagne. Pour le populariser, on pourrait par exemple imaginer un programme pour permettre à toutes les écoles de se fabriquer au moins un capteur. Outre la donnée récoltable, l’apprentissage à la fabrication numérique et aux Communs pour les élèves serait certainement très bénéfique, ainsi que la prise de conscience par rapport à la qualité de l’air.

Le projet capteur étant ON AIR, dans quelques semaines, le LabFab proposera d’autres ateliers et ira défricher d’autres prototypages notamment pour visualiser les données.