skip to Main Content

Jouer un Atelier Capteur environnemental à Tours

On commence à nous demander si le LabFab a fait le tour des ateliers sur les capteurs environnementaux. Et bien non ! Puisqu’on n’en a pas encore fait à Tours. 

Tours est donc une pièce à conquérir dans l’échiquier des ateliers capteurs. 

Depuis plusieurs mois , les collègues de la ville/Métropole de Tours envisageaient la perspective cavalière de tracer la diagonale avec Rennes. 

Faire cet atelier entre Rennes et Tours ne pouvait pas nous mettre en échec … 🙄 donc, pas question de faire demi tour ! 

Aussi comment ne pas faire référence à Latour ? (Bruno) « L’impact du numérique a donné naissance à un domaine d’expérimentation multiple qu’on appelle les « humanités numériques » ». 

Nous y voilà ! C’est exactement ce qui se profile lorsqu’un atelier se joue, des interactions se créent entre les participants (dont les organisateurs et les animateurs). Le format évolue pour tenir compte des enseignements vécus.

Ce nouvel atelier s’inscrit dans cette boucle itérative de construction collective d’un usage pédagogique du capteur environnemental pour comprendre et décrire des processus internes de pratiques (avec le numérique): braconnage, bricolage et butinage.

Cet atelier lorsqu’il est joué avec un groupe de participants permet de révéler les trois pouvoirs des usages du numérique (renforcement, dévoilement, lien) – cf https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02345378 

Commençons la partie et déjà les questions fusent à Tours: pour quels publics cet atelier ? pour les Geeks ? C’est fiable ? On peut venir en famille ? Comment accéder aux données ? Ou l’installer ? … 

Nos collègues de Tours voient alors un large horizon se dégager devant eux pour infuser une culture de la donnée au sein de leur collectivité et avec toute la diversité des métiers et donc de pratiques possibles. 

Le capteur est rapidement assemblé et branché. Il se connecte au monde et libère les données qu’il produit. 

Et quand les données sont ouvertes à Tours , plus besoin de faire le tour du propriétaire pour y accéder. 

On ouvre la page web de la carte Sensor Community (merci @PJ) et il apparaît tous ces pions qui représentent chacun un ou plusieurs capteurs. Il y a déjà un pion à côté de Tours. Surtout ne pas le sacrifier ! Gambit ! car 2 pions ouverts à Tours valent plus qu’une tour fermée dont les données ne seraient pas accessibles à tous. 

Autant d’ateliers effectués par le LabFab constitueraient-ils une communauté de doux dingues (pour ne pas dire de Fous) chevaliers du libre ? 

Dans cette communauté, pas d’abonnement, l’entrée est libre , la sortie aussi 😊 … ce n’est pas Netflix…

Pour autant, la série Le jeu de la dame a remis les échecs au goût du jour. On ne peut que constater l’influence colossale de Netflix qui cultive en masse avec cette série pourtant singulière et dont l’effet rebond paradoxal pourrait amener à éteindre l’écran pour (ré)ouvrir un échiquier. 

Une plateforme audiovisuelle peut apporter des connaissances, des informations, de la distraction, peut-être des envies mais pas cette créativité critique que déclenche un atelier (ou une partie d’échec qui finalement est un atelier).

Dans le train de retour vers Rennes , Fortifié par ce passage à Tours , les idées traversent les remparts comme “Les chocs culturels stimulent la créativité.” (P.Picasso) 

Citation bretonne : « Échec eo mat » 

…. car le prochain atelier se fera au Centre Bretagne ! 

Back To Top