Image1 LeroyMerlin

Le Labfab bricole avec Leroy Merlin

Image-LeroyMerlin

Un groupe d’une quinzaine de collaborateurs de Leroy Merlin est venu au LabFab de Rennes (à la Maison des Associations, @MDARennes ) les 22 et 23 octobre pour prototyper des services dans la Maison connectée. Ils étaient coachés par @NFr21 et @thomasmeghe (notre LabFab Manager à la MDA).
Ce travail sera présenté à leurs dirigeants (*) début décembre lors d’une restitution finale d’un concours interne au groupe ADEO / Leroy Merlin appelée Innov’action.

Image1-LeroyMerlin

(*) notamment Thomas Bouret, DG de Leroy Merlin qui a fait une partie de ses études à Rennes où il était Président de l’Association des Étudiants en 1991. 

Leroy Merlin a choisi de s’appuyer sur ses collaborateurs pour détecter les facteurs leviers de sa transition digitale. Les 15 collaborateurs volontaires proviennent d’une douzaine de magasins sur le grand nord-ouest de la France. Les 2 leaders sont Ludovic Brizard (Directeur du magasin d’Angers) et Eudes Morterol (Directeur du magasin d’Amiens). Plusieurs Directeurs de secteurs (décoration, découpe, service client, commerce, …) composent également ce groupe projet très sympathique. Quelques « extérieurs » ont aussi été conviés pour participer au prototypage au LabFab de Rennes: un DSI (Directeur des systèmes informatiques) d’une commune de 30 000 habitants, un dirigeant d’une startup dans l’écosystème proche de Leroy Merlin, un responsable « objets connectés » interne au groupe…

L’objectif est de « souffler un changement » avec pour thème « la société numérique ».

Ce groupe a pu se constituer opérationnellement fin juin et se réunir pour bénéficier, sous la houlette de @NFr21, d’une sensibilisation approfondie au numérique dans notre société illustrée par des exemples de transformations induites.

twit-LM

Les collaborateurs ont découvert un monde assez éloigné de leur quotidien de grand distributeur (ie : vente de produits/outils). Cette étape les a fait se pencher sur le canal de distribution via lequel les articles ou services commercialisables atteignent les clients. Avec le numérique, un canal de distribution unique peut être affecté à une ou plusieurs organisations commerciales. Aussi, Leroy Merlin porte clairement une stratégie cross canal. C’est-à-dire : Lors de leur processus de décision pour l’achat d’un bien ou d’un service, les clients opèrent un changement de canal (moyen d’information) alors même qu’ils étaient tenus auparavant de réaliser l’ensemble des étapes de ce processus (identification du besoin, recherche des informations, évaluation des alternatives de choix, choix, évaluation post-achat) auprès du seul canal disponible : le magasin. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Cross_canal). Leroy Merlin défend (NDLR: à raison) malgré tout dans ce processus cross canal le passage du client par le magasin. Il devient donc nécessaire de se focaliser chez les (potentiels) clients sur l’intention qui produit le passage dans les magasins (/ facteurs déclenchant).

La réflexion sur l’implantation de fablab dans le périmètre proche du magasin est donc logiquement née de ce constat.

Ludovic (Directeur Leroy Merlin Angers) vient d’ouvrir un fablab et affirme avec sérendipité vouloir observer des nouvelles pratiques et les accompagner en les outillant et en interconnectant des compétences afin de dénicher de nouveaux espaces économiques pour son groupe.

À l’issue de cette semaine de sensibilisation, les collaborateurs Leroy Merlin ont rapidement pris conscience que leurs fonctions doivent évoluer en tirant parti de nouveaux modèles dans lesquels le numérique doit être un ingrédient. Des équations nouvelles sont à observer pour saisir leur potentiel : données/objets, confiance/sécurité, service/produit, participatif/directif, libre/propriétaire, …etc.

Par exemple, dans la relation au client, la constitution d’une identité numérique devient une nécessité pour Leroy Merlin. Un équilibre subtil est à trouver entre sécurité et confiance. Sa forte valeur de  marque permettrait à Leroy Merlin de s’engager comme tiers de confiance pour ses clients. Il faut pour autant s’appuyer sur un socle technologique puissant et sécurisé pour garantir le fonctionnement du système et offrir de nouveaux services pour les clients.

La carte Maison de Leroy Merlin est certainement un potentiel insuffisamment exploité. Plusieurs idées à développer viennent spontanément, notamment la création d’une plateforme B2B de services sur la carte (ou applications). Leroy Merlin s’assurerait pour ses clients, la souveraineté du portail, des données, des algorithmes, et de l’écosystème sur la chaine B2B2C. Le point de départ pourrait-être la maîtrise de la carte sur un segment stratégique.

leroymerlin-carte-maison

Cette réflexion n’est pas sans rappeler le travail (colossal) réalisé par Rennes Métropole sur la conception de la carte KorriGo services à l’échelle régionale. L’aboutissement en juillet dernier a d’ailleurs été célébré au niveau national car la carte Korrigo devient la nouvelle norme référence pour un support multi services [pdf].

Cela signifie qu’un support (carte, appli mobile, …etc.) constitue une véritable plateforme de services. Voilà de quoi ouvrir un espace d’expression aux startups/PME/grands groupes (…certains diraient un « store ») pour faire développer de façon ascendante (donc largement moins contraint par la commande publique ou des processus directifs et plus ouvert à la créativité participative) des applications sur un territoire comme Rennes Métropole. Les données ouvertes (ou applications d’accès aux données « API ») du portail data.rennes-metropole.fr sont bien évidemment un carburant à consommer sans modération. Et si on ajoute le réseau d’objets connectés ouvert récemment (LoRa Fabian) pour produire de la donnée avec les citoyens et mieux comprendre comment améliorer l’empreinte écologique, économique, sociale de notre territoire… on ne peut que se réjouir des belles années à venir pour coproduire au LabFab des services utiles !!!

Pour revenir à ce voyage au LabFab pour Leroy Merlin…

Le groupe de collaborateurs a rencontré plusieurs co fondateurs du LabFab, notamment @galouf et @mediatino.

@galouf , comme à son habitude, a fait une présentation bluffante et hyper motivante de La Boite et de toutes les fonctionnalités qu’il a pu tester sur le campus de Télécom Bretagne (@TelecomBretagne) et chez lui. Nous remercions vivement son chat (à litière auto-nettoyante pilotable à distance) qui s’est admirablement prêté avec beaucoup de sérénité aux démos en direct.

IMG_4358IMG_4377

@mediatino a su trouver les mots justes pour initier les collaborateurs Leroy Merlin à des notions de droit et notamment de propriété intellectuelle. Cet aspect, très inconnu jusqu’à présent pour nos invités, a suscité des questionnements et ouvert des perspectives nouvelles.

IMG_4356

La jonction droit/économie a rapidement été effectuée et illustrée par quelques modèles « libres » et pour autant très rémunérateurs. Cela fait écho à l’afterwork du 12/10 sur les modèles économiques animé par @NFr21 dans le cadre des Opportunités Digitales  et qui a rencontré un franc succès participatif :

twit-mod-eco

Avec optimisme, il faut espérer que les mondes du « propriétaire » et du « bien commun » s’entrechoquent dans les années à venir pour produire par hybridation des modèles plus désirables. C’est un peu… l’engagement pris par le LabFab.

Le groupe Leroy Merlin a orienté son projet à prototyper vers la réalisation d’un environnement de services autours des objets connectés. Ils sont partis de la question suivante : Comment mieux vivre dans son habitat à l‘ère des objets connectés ? et quel rôle pour Leroy Merlin ?

LM-maison-connectéeSans vouloir dévoiler le projet qui sera présenté aux dirigeants de Leroy Merlin début décembre, on peut imaginer que le projet s’est focalisé sur certains points stratégiques comme la collecte des données des utilisateurs d’objets connectés dans la maison pour proposer des solutions simples aux clients afin d’améliorer leur habitat.

On leur souhaite bonne chance, et de bien préparer leur pitch car la représentante du groupe disposera seulement de 2min pour convaincre ses dirigeants !

En tous cas, dès que les collaborateurs Leroy Merlin se sont mis en mouvement collectif au LabFab, leur projet s’est révélé, conçu et incarné de façon assez impressionnante.

IMG_4365

Déjà à ce stade, des enseignements intéressants vécus par les coaches @NFr21 et @thomasmeghe :

Le passage de la détection de projets, au prototypage, et à l’émergence en s’appuyant sur des acteurs établis ayant des processus et canaux de distributions est un modèle structurant donc à travailler sur la durée. Le LabFab et les acteurs historiques ont à y gagner réciproquement.

Sans faire de publicité…c’est tout le principe de MaisonMix.

http://www.lemag-numerique.com/2015/04/maisonmix-revisite-la-maison-connectee-7044

Fin mars, Rennes a accueilli le premier sprint de prototypage français autour de la maison connectée. Près de 70 personnes y ont participé durant 36 heures de remue-méninges, design et développement.

MaisonMixBandeau

La saison 2 de MaisonMix va être prochainement lancée et aura un temps fort au printemps 2016. Les acteurs pionniers sont très motivés pour inscrire sur la durée cet événement qui vise à enchanter la maison connectée. Les nouveaux partenaires qui souhaiteraient y participer sont bien évidemment incités à contacter les organisateurs (ou directement via @NFr21).

On constate que le groupe Leroy Merlin se cherche très concrètement en matière de fabrication numérique, par exemple, en soutenant les Maker Faire (Saint Malo et Paris). Clin d’œil à nos amis JB et Bertier (@jbleclech et @Bertier_Luyt) du lefabshop.fr et porteur des Maker Faire en France. On se souvient que le LabFab de Rennes fut porteur avec le Fabshop de la première mini Maker Faire à Saint Malo en octobre 2013.

MakerFaire-StMalo2013

L’immersion de ses collaborateurs au LabFab, fait partie de la stratégie de Leroy Merlin qui est donc de chercher sa transformation au contact d’autres organisations. L’excellent blog de Stéphane Schultz , 15marches décrypte parfaitement cette approche : Leroy Merlin crée pour cela un cadre dans lequel les règles et process diffèrent de ceux de l’entreprise, en cherchant à y impliquer ses propres personnels. C’est le scénario BAC À SABLE.

Pour autant, Leroy Merlin appuie avec conviction en parallèle une stratégie d’incubation dans son périmètre proche. On notera l’ouverture ces jours-ci d’un TechShop Leroy Merlin (@TechShopLM) accolé à son magasin d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne).

techshopLeroy Merlin devrait prochainement ouvrir un autre Techshop, à Lille. Il ne serait pas forcément adossé à un magasin et pourrait bénéficier à l’écosystème universitaire et aux start-up locales.

Il va être intéressant d’observer comment Leroy Merlin va travailler avec les écosystèmes territoriaux et les interactions économiques et sociales induites.

Un modèle spécifique est à façonner sur Rennes Métropole compte tenu de la maturité de notre territoire sur la fabrication numérique et les communautés actives en raison de la pré-existance du LabFab avec ses lieux affiliés, nombreux, en proximité, à compétences multiples.

Dans ce but, des échanges avec les magasins de Betton et Chantepie ont été engagés par le LabFab et des visites réciproques ont permis d’avancer sur un projet.

Donc, à suivre…

rédacteur: @NFr21 (et source photos).